Blockchain : une technologie créatrice d'emplois ?

Publié le 29 Avril 2017
Joblift a étudié la demande en spécialistes blockchain en 2016 et son évolution. Résultat : alors qu’en 2015, à peine une vingtaine d’offres d’emploi d’ingénieur blockchain ont été publiées, en 2016, on en recense 157. Le secteur des télécommunications étant le plus dynamique, suivi de la banque, de l’assurance, du consulting et de l’industrie. 

Après une demande faible en 2015 (15 offres sur toute l’année), 2016 a vu une forte hausse des offres d’emploi destinées aux experts blockchain. Le nombre d’offres a augmenté en moyenne de 48% tous les mois, résultant en un total de 157 offres en 12 mois. 

Les acteurs actuels de la blockchain se divisent en quatre catégories principales : En terme d’emploi, les startups sont pour l’instant absentes des résultats, même si elles sont à l’origine de l’innovation blockchain. On peut supposer que ces recrutements se font par bouche-à-oreille ou par réseau, et restent au cœur de la communauté blockchain. Les entreprises de télécommunications (principalement représentées par Atos, Orange ou encore Safran) sont à l’origine de 58% des annonces de spécialistes blockchain. Parmi les acteurs également, les instituts bancaires et d’assurances, qui ont compris la nécessité d’adapter leur fonctionnement à cette solution nettement plus sécurisée, pour garder leurs places dans la course. Ce secteur représente 20% des offres d’emploi. Les plus gros employeurs sont Natixis, la Banque de France et la Société Générale. Enfin, les cabinets de conseils qui anticipent les besoins futurs de leurs clients, ont publié 12% des offres totales, dont la quasi-totalité par Deloitte.

Une majorité de... stages
57% des annonces sont malheureusement des offres de stages et 36% sont des CDI. C'est Atos qui embauche le plus de stagiaires (59% des offres publiées) et Deloitte qui recrute à 61% ses spécialistes blockchain en CDI.

Le profil type du spécialiste blockchain
La totalité des offres s’adresse aux ingénieurs, issus d’une école d’ingénieur ou d’un cursus universitaire équivalent. Parmi elles, 4% sont ouvertes aux profils issus d’écoles de commerce. Les recruteurs recherchent des candidats maîtrisant les langages informatiques C++ (51% de mentions), Java (47% de mentions) et Python (29%). L’anglais est indispensable dans 35% des cas, et la créativité et l’esprit d’innovation mentionnés dans 18% des annonces.

Le candidat idéal est également autonome et curieux (16%), et se montre force de proposition (14%). Les entreprises informatique/télécommunications recrutent essentiellement (61%) pour des missions R&D ou d’études de marché et de faisabilité, et 78% des postes nécessitent des compétences en développement informatique. Le secteur banques et assurances propose 69% de missions d’architecte logiciel ou de développement informatique. Enfin, 89% des offres publiées par les cabinets de conseil faisaient appel à des développeurs informatique.  
Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.
Les 10 derniers articles
Les 10 derniers articles
Services
Ingram
Top 10Top 10 du jourTop 10 de la semaineTop 10 du mois
 La vidéo du moment
FlashITRmobilesITRgamesITchannel
Commentaires