Le passage inéluctable au full-IP pour les communications voix se révèle une vraie opportunité, rencontre avec Laurent Silvestri

Publié le 20 Novembre 2016


Laurent Silvestri Laurent Silvestri est CEO d’OpenIP, une société française spécialisée dans les communications sur IP. Il précise son approche des communications unifiées ainsi que son rôle de professionnel pour la promotion de ces solutions dans les entreprises.

N’hésitez pas à regarder la vidéo pour connaître l’intégralité des propos.


Qu’appelle-t-on les communications unifiées ?
Il s’agit d’applications informatiques de nouvelle génération qui permettent deux utilisations principales. La première concerne les communications avec toujours de la téléphonie mais également de la visioconférence, de la web conférence, du chat en direct et des outils de contact (contact center). Il s’agit, pour un utilisateur ou une entreprise, de mieux communiquer ou de communiquer différemment. La seconde utilisation, en tant que logiciel indépendant, permet de faire converger tous les terminaux mis à la disposition d’un utilisateur, notamment un téléphone dit fixe mais également un smartphone, un ordinateur portable ou de bureau, une tablette, … L’outil de communications unifiées est installé sur tous ces terminaux pour leur permettre de se synchroniser en temps réel.
Il devient ainsi possible de commencer une conversation téléphonique à partir d’un poste fixe et de la poursuivre et la terminer sur mobile ou vice versa. C’est la même chose pour un échange en chat.

S’agit-il de téléphonie ou d’informatique ?
Définitivement c’est de l’informatique. Même si le socle principal concerne des fonctions et des usages de téléphonie, tout est mis en œuvre au travers d’applications informatiques, qui, par ailleurs, peuvent totalement se coupler avec d’autres applications métiers. Elles s’interfacent aussi bien avec des outils de messagerie, des CRM, … Ces applications étant déployées sur les postes de travail des utilisateurs, elles restent très variées en fonction des besoins et des terminaux de chacun.

Les communications unifiées fonctionnent elles uniquement dans le Cloud ?
Les applications de communications unifiées doivent être disponibles à tout moment, à partir de tous les types de terminaux indépendamment de la localisation géographique, que l’utilisateur soit au sein d’une entreprise ou en mobilité. Pour cela, le meilleur support pour héberger ces applications n’est pas nécessairement au sein de l’entreprise avec tous les problèmes de sécurité, de disponibilité, parfois d’accès à internet ou de débit. Il devient donc très intéressant d’externaliser dans le Cloud en déportant la gestion de tous ces problèmes vers des professionnels spécialisés.

Quel est votre rôle de professionnel dans la promotion de ces outils ?
Open-IP est un opérateur de communications unifiées, spécialisé au départ dans la voix sur IP, l’internet en très haut débit et le Cloud. Evoquer tous ces services ne répond souvent pas aux demandes exprimées par les clients finaux utilisateurs. Il a besoin de terminaux, d’adapter son réseau local, de téléphones fixes ou mobiles et surtout il a besoin d’une offre de téléphonie, souvent en illimité aujourd’hui.
Pour répondre à ce besoin, nous intégrons dans notre écosystème, des constructeurs de terminaux ou de casques, des éditeurs de logiciels. Notre rôle principal concerne l’animation de cet écosystème pour proposer aux clients une offre simple et compréhensible.

Comment rendez-vous les solutions compréhensibles pour les clients ?
Tous les acteurs sont très spécialisés, très techniques avec des terminologies complexes parfaitement incompréhensibles des clients utilisateurs. Souvent, nous essayons, en tant que professionnels, de trop expliquer des points techniques que les utilisateurs veulent ignorer. Notre objectif est de simplifier le discours pour évoquer les besoins et les usages. Les entreprises veulent améliorer la qualité de travail ou la productivité de leurs salariés. Elles ont des besoins de mobilité pour travailler à partir d’un smartphone et surtout elles souhaitent des prix lisibles pour comprendre ce qu’elles achètent avec un minimum d’engagement et un maximum de souplesse dans les abonnements mis à leur disposition. Elles demandent également le plus possible de services déjà inclus, par exemple de maintenance, pour éviter toutes les mauvaises surprises en cours d’usage.

S’agit-il uniquement de packaging ?
Il ne faut plus parler de produits, ni de services mais de solutions et d’usages. Une demande concrète peut concerner, par exemple, une vidéoconférence pour 8 personnes demain après-midi à 14h. Il s’agit d’un déplacement à l’étranger avec le besoin de rester en contact permanent avec ses appels et ses données. Les demandes sont souvent très spécifiques et précises.
Nous travaillons avec un grand nombre d’acteurs fournisseurs et tous ne sont pas parfaitement compatibles entre eux, tant sur les produits que sur les modes opératoires. Nous sommes un interlocuteur unique et nous mettons en place des solutions que nous testons et validons puis nous réalisons ou nous adaptons des documentations, nous formons les installateurs, …. A chaque nouvelle version, nous avons un rôle d’intégration des nouveautés de façon à les rendre les aspects techniques le plus simple possible. Nous travaillons également beaucoup sur le support tant aux professionnels qu’aux utilisateurs, c’est ce permet de garantir au mieux la qualité de services.

Comment évolue ce segment de marché des communications ?
Le monde des télécoms est en plein chamboulement, à l’instar des trois principaux acteurs français qui sont Orange, Bouygues et SFR-Numéricâble. De grands éditeurs mondiaux s’intéressent également de plus en plus à ce marché. D’un autre côté, certains éditeurs d’applications de solutions unifiés ne se préoccupent plus des télécoms et ne pensent qu’aux aspects informatiques. En parallèle les opérateurs classiques de téléphonie se spécialisent sur le réseau et les infrastructures.
Il semble donc que le marché se scinde en deux avec d’un côté les opérateurs d’infrastructures et d’un autre les fournisseurs d’applicatifs qui amènent des approches d’usages.
Par ailleurs, spécifiquement en France, nous avons une annonce très importante faite par Orange et qui date de la fin de l’année 2015. Il s’agit de la fin annoncée du RTC (Réseau de Téléphonie Commutée), le réseau historique. La fin de commercialisation débute en 2018 et l’arrêt technique progressif commence en 2023.
Le passage inéluctable au full-IP pour les communications voix se révèle une vraie opportunité tant pour les entreprises que pour tout l’écosystème de fournisseurs.
Il faut se préparer à faire table rase pour passer à de nouveaux outils plus adaptés aux usages et aux nouvelles générations d’utilisateurs très à l’aise en mobilité. Dans tous les cas, les nouvelles applications sont prévues pour une facturation à l’usage et un hébergement dans le Cloud. C’est un chantier que toutes les entreprises françaises vont avoir à traiter dans un futur très proche.
Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.
Les 10 derniers articles
Les 10 derniers articles
HP
SQ 250-300
Services
Ingram
Top 10Top 10 du jourTop 10 de la semaineTop 10 du mois
 La vidéo du moment
FlashITRmobilesITRgamesITchannel
Commentaires