Total et le CNRS planchent sur un drone capable de mesurer la qualité de l'air des sites industriels

Publié le 7 Avril 2017
Total s'est associé au CNRS pour créer un drone équipé de mini-capteurs capables de mesurer avec précision les concentrations de gaz (CO2 ou méthane par exemple) et d’évaluer la qualité de l’air autour des installations industrielles.

Dans le cadre du programme baptisé « AUSEA » (Airborne Ultra-light Spectrometer for Environmental Application), les chercheurs de l’Université de Reims – CNRS et de Total se sont donnés 4 ans pour miniaturiser ces capteurs et pouvoir les intégrer à un drone. Á terme, celui-ci pourra donc modéliser en temps réel la répartition et la densité de gaz dans l’air, mais aussi estimer les trajectoires en intégrant la météorologie locale et évaluer les émissions de gaz même à des seuils très bas. Des tests seront effectués dans ce sens sur différents sites pétroliers (raffinerie, plateforme de production d’hydrocarbures…), les premiers étant prévus l'été prochain à Lacq, dans le sud-ouest.

Au-delà des drones, Total est en train de finaliser un robot sous-marin intelligent, totalement autonome, capable d'inspecter les têtes de puits ou les pipelines sur plusieurs dizaines de kilomètres, de détecter seul les anomalies grâce à un balayage laser, de prévenir en temps réel et envoyer des photos panoramiques et autres données, prises à 3 000 m sous les mers, et de changer le cours de sa mission programmée si le robot constate une anomalie. 

Pour les robots de surface, Total a même lancé un « Challenge Argos » dans lequel 5 équipes s’affrontent depuis 3 ans pour concevoir le 1er robot autonome. Le vainqueur de la compétition sera dévoilé le 11 mai 2017. 
 
Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.
Les 10 derniers articles
Les 10 derniers articles
Services
Ingram
Top 10Top 10 du jourTop 10 de la semaineTop 10 du mois
 La vidéo du moment
FlashITRmobilesITRgamesITchannel
Commentaires