Près d'1 développeur sur 2 partira de son entreprise avant sa prochaine évolution professionnelle

Publié le 20 Juillet 2017
Près d'1 développeur sur 2 partira de son entreprise avant sa prochaine évolution professionnelle. Tel est le constat de JobProd, une marketplace permettant aux entreprises de recruter leurs développeurs, qui vient de publier une étude* exclusive sur le moral des tech français. Ils sont plus de 800 à avoir répondu au sondage lancé par la start-up. Focus sur les tendances 2017.


Le critère n° 1 des tech pour être heureux : un environnement de travail agréable

Pour être heureux dans son job, l'environnement de travail devient la préoccupation numéro 1 en 2017 pour 23,2% des développeurs. Ce critère a dépassé le challenge technique, qui était en 2016 à la première position avec 22,5% des votes. Actuellement il arrive bon troisième (16,8%), précédé par la qualité de l’équipe technique dans laquelle évoluent les membres du panel (19,5%).

Selon les tech, les web agencies proposent un meilleur environnement de travail

Le panel a pu mesurer, via une note comprise entre 1 et 10, leur satisfaction au sujet de leur environnement de travail qui est, rappelons-le, le critère numéro 1 des informaticiens pour être heureux dans leur job en 2017. Voici les grandes tendances à en tirer, en croisant avec les entreprises dans lesquelles ils sont individuellement :

Les éditeurs de logiciel talonnent de près (6,9/10) les web agencies (7/10), pour ensuite laisser place aux :
Sites internet : 6,5/10
SSII/ Cabinet conseil IT : 6,4/10
DSI : 6,3/10.

Un développeur sur deux se dit encore mal payé en 2017

Cette information fait clairement échos à l’étude de 2016. La différence ? La répartition des développeurs insatisfaits quant à leurs fiches de paie :
22,4% se disaient pas du tout bien payés en 2016 versus 10% en 2017, 32,9% se disaient pas vraiment bien payés versus 40% en 2017.

Les profils techniques se sentent-ils bien payés en France dans leurs jobs actuels ? 1 tech sur 5 déclare qu’un salaire plus juste lui manque pour être heureux dans son job. Le management est aussi un des critères qui fâchent (14,2%), suivi de près par le challenge technique à 13,7%. 

80% des développeurs aiment la stack technique de leur entreprise

Pour compléter ce score, nous remarquons que les sondés disant aimer beaucoup la stack de leur entreprise notent leur épanouissement technique à 8,3/10 VS la moyenne de satisfaction des sondés à propos de leur épanouissement technique s’élevant à 6,5/10. L’affinité du développeur avec la stack de son entreprise favorise donc sensiblement son épanouissement technique.

Les développeurs se sentent plus épanouis techniquement chez les éditeurs de logiciel

Par ailleurs et pour aller un cran plus loin, on constate facilement dans l’étude que les lead développeurs sont plus épanouis techniquement que les développeurs cette année : les lead notent leur épanouissement à 6,7/10 vs 6,3/10 pour les développeurs.

Un développeur sur deux se sent plus heureux en 2017 par rapport à 2016

En 2016 ils étaient 25,3% à se dire plus heureux qu'en 2015. Cette année, nous avons un beau regain du côté du moral des développeur, puisque 50% d’entre eux disent se sentir plus heureux dans leur job en 2017. Cette forte hausse est en lien avec la récente étude mensuelle réalisée par l’Insee exprimant que le moral des français a atteint son plus haut niveau depuis 2007 ! A contrario, 27,9% des développeurs disent ne pas avoir vu la différence entre 2016 et 2017, et 22,1% disent clairement ne pas être plus heureux.

Voici divers angles mettant en relief les critères clefs stimulant ou non le moral des développeurs :

A. Plus de 85% des développeurs se disent satisfaits de leurs amplitudes horaires

Que pensent les de?veloppeurs de leurs amplitudes horaires au travail
Par ailleurs et en complément, plus de 7 développeurs sur 10 se déconnectent intellectuellement “bien” voire “ très facilement” après leur journée de travail.

B. Les tech se sentent plus reconnus dans leur univers personnel que professionnel

Ces données sont certainement à recouper avec d’autres critères (comme la satisfaction des développeurs à propos de leur salaire), mais toujours est-il les développeurs se sentent sensiblement plus reconnus dans leur univers personnel que professionnel, ce qui influe sans aucun doute sur leur moral.

C. Près d’1 tech sur 2 partira de son entreprise avant d’y connaître une évolution professionnelle

47,4% partiront de leur entreprise avant d'avoir bénéficié d'une évolution professionnelle, 20,5%, soit 2 dev sur 10, n'ont aucune visibilité,
Enfin 32,1% pensent bénéficier d'une évolution dans leur société avant d'en partir.

Aussi, lorsque l’on se penche sur le niveau de satisfaction des tech au sujet des potentielles évolutions de carrières, il en ressort que plus de 6 développeurs sur 10 sont dubitatifs ou mécontents quant à l'évolution de carrière possible dans leurs sociétés. 28,9% ne savent pas actuellement si ces évolutions leurs conviennent ou leurs conviendraient tandis que 33,2% ne trouvent pas ces opportunités internes satisfaisantes.

D. Presque 25% des tech craignent pour leur salaire et leurs possibilité d'évolution de carrière à l'avenir
Quand 28,9% des développeurs ne craignent rien en particulier en travaillant en France, les 71,1% restant ont des craintes diverses quant à leur avenir professionnel en France : télétravail, géolocalisation de la société, la qualité des clients, l'équipe dans laquelle on évolue, l'environnement de travail, le management...

En conclusion, voici les grandes tendances 2017 à retenir sur le moral des tech
- Un environnement de travail agréable est le critère n° 1 pour être heureux dans son job
- Un développeur sur deux estime être mal payé en 2017 (comme en 2016)
- Un développeur sur deux se sent plus heureux en 2017, qu’en 2016.
- Les tech se sentent plus reconnus dans leur environnement personnel que professionnel
- Plus de 7 développeurs sur 10 ont des craintes diverses quant à leur avenir professionnel : salaire et avantages, évolution de carrière, qualité du challenge technique …


* 832 profils techniques ont répondu au sondage sur le moral des développeurs. 11,6% sont des femmes et 88,4% des hommes, avec une moyenne d’âge de 30 ans, ainsi qu’une expérience professionnelle moyenne de 6 ans ½. Les sondés sont représentés par 2 populations majoritaires : 63,7% sont développeurs et 15,8% lead développeurs. Enfin, côté géolocalisation, 50,5% travaillent en Ile-de-France quand 49,50% en province. 
 

Contactez cette société ou un revendeur de ces produits.
Les 10 derniers articles
Les 10 derniers articles
Services
Ingram
Top 10Top 10 du jourTop 10 de la semaineTop 10 du mois
 La vidéo du moment
FlashITRmobilesITRgamesITchannel
Commentaires